KINESITHERAPIE

SYNDROME OCULO - URETHRO - SYNOVIAL OU SYNDROME DE FIESSINGER - LEROY - REITER

DEFINITION:

Rhumatisme inflammatoire aigu ou subaigu associé à une atteinte uréthrale et conjonctivale et appartenant aux arthrites réactionnelles.


INTERET:

De fréquence modérée mais probablement sous-estimée, le Fiessinger-Leroy-Reiter (FLR) est à connaître car si son évolution est la plupart du temps bénigne, il est à craindre une évolution vers la spondylarthrite ankylosante. De ce fait, elle est classée dans les spondylarthropathies séronégatives.

PHYSIOPATHOLOGIE:

L'affection se rencontre dans les 2 sexes, mais classiquement chez l'homme jeune entre 20 et 40 ans, et peut se présenter sous la forme d'épidémie dans les collectivités

 

CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE:

1) Typiques

Un facteur déclenchantsous la forme d'unépisode infectieux uréthral non-gonococcique à Chlamydia Trachomatis qui paraît être l'agent habituel de ce syndrome chez l'homme, ou d'une infection intestinale(Shigella, Salmonella, Yersinia et Campylobacter) chez l'enfant, la femme ou le vieillard, est très souvent retrouvé.

Une latence de 1 à 4 semaines est nécessaire.

a) Signes fonctionnels

Comme l'indique son nom, le Fiessinger-Leroy-Reiter regroupe 3 types de symptômes. Mais le tableau est rarement complet:

* une uréthrite amicrobienne le plus souvent discrète et fugace se développant 7 à 14j après le contact infectant. Chez la femme, une cervicite peut être associée mais cette phase passe souvent inaperçue rendant le diagnostic difficile. Puis on observe:

* une conjonctivite guérissant habituellement en quelques j ou semaines mais pouvant se compliquer d'iritis ou de kératite

* un rhumatisme aigu ou subaigu oligoarticulaire (la forme polyarticulaire est rare, la forme mono-articulaire est exceptionnelle). Elle atteint avec prédilection les membres inférieurs de façon asymétrique. Les sacroiliaques sont touchées en cas de Fiessinger-Leroy-Reiter grave. Au membre supérieur, l'atteinte la plus fréquente est celle des poignets. Des enthésopathies sont possibles.

+ Fréquemment, des lésions cutanéo-muqueuses sont présentes:

- lésions vésiculeuses puis érosives du gland (balanite circinée), de la région péribuccale, linguale et périanale
- hyperkératose palmo-plantaire.

b) Signes généraux

Une hyperthermie comprise entre 38 et 39°C annonce les signes articulaires

2) Biologie

a) Examens habituels

La biologie objective les signes habituels d'inflammation sérique et synovial. Il faut cependant noter l'augmentation du complément dans le liquide synovial (abaissé dans la polyarthrite rhumatoide).

b) Examens spécifiques

Les examens suivants ont pour but de mettre en évidence Chlamydia Trachomatis. Ils ne sont pas pratiqués par tous les laboratoires:

* La sérologie de Chlamydia Trachomatis est positive (2 prélèvements à 15j d'intervalle).

* Présence d'inclusions chlamydiennes spécifiques dans les cellules des prélèvements uréthral, conjonctival et articulaire.

* Positivité du test de transformation lymphoblastique (ttLen présence de l'antigène chlamydien.

* Mise en évidence des Chlamydiae par culture sur oeuf embryonné.

c) Groupage HLA

Dans 70 à 80% des cas, l'antigène HLAB27 objective un terrain prédisposant: les patients possédant cet antigène sont plus susceptibles de développer le syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter.

3) Radiographies 

Elle sont négatives. Tout au plus peut-on noter une certaine ostéoporose dans les formes traînantes.

 

DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL:

Toutes les affections rhumatismales peuvent être évoquées, en particulier la spondylarthrite ankylosante, la radiographie pulmonaire...

EVOLUTION et PRONOSTIC:

La gravité tient à l'évolution de la maladie qui, habituellement bénigne,peut évoluer dans 30% des cas vers une véritable spondylarthrite ankylosante.

Dans les autres cas, la guérison se fait en 1 à 3mois, avec des extrêmes allant de 15 jours à 1 an. Des rechutes sont possibles.


TRAITEMENT:

1) Buts

Le traitelment est essentiellement symptomatique: lutte contre l'infection et l'inflammation articulaire.

2) Moyens et indications

Les antibiotiques, tétracyclines ou macrolides, sont prescrits en courte cure. Les sujets contacts doivent aussi être traités.

Les Anti-inflammatoires non stéroidiens sont plus utilisés que la corticothérapie locale et générale qui cependant peuvent s'avérer utiles.

La conjonctivite guérit seule mais dans certains cas nécessite un collyre corticoïde.

Dans les cas sévères, du méthotrexate pourra être prescrit.

La kinésithérapie est proposée au patient dans les suites en raison de l'amyotrophie séquellaire souvent marquée.

 






10/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres