KINESITHERAPIE

ULTRA SONS

Définition:

Les ultrasons utilisés en médecine, ont une fréquence de l'ordre de 0.8 à 3 mégaHertz (million de cycles par seconde). 

Pour la production d’ultrasons, on utilise l’inverse de l’effet piézo-électrique.

Ce sont les courants de haute fréquence qui sont à la base des ultrasons.

On fait traverser une lame de quartz, par un courant de haute fréquence soumis à des alternances de charges positives et négatives, le quartz se contracte et se détend, il crée des vibrations mécaniques et émet un faisceau ultrasonore synchrone.


Les effets des ultrasons ne sont pas encore complètement élucidés mais il est clair, cependant, qu’ils ont des effets sur les tissus organiques. On remarque que l’énergie mécanique est convertie en énergie thermique.

 

Effet mécanique:

Les vibrations provoquent dans les tissus des compressions alternées à des expansions selon une périodicité correspondant à leur fréquence, ce qui cause des variations de pression. Cet effet mécanique provoque de véritable micromassages qui peuvent aboutir à une dilacération des fibres du tissu conjonctif. Cet effet est appelé, effet fibrolytique ou sclérolytique, mis à profit dans le traitement des adhérences et des cicatrices.

 

 

Effet thermique:

La mesure de la température de la peau et du tissu sous-jacent montre qu'elle augmente au niveau du territoire soumis aux vibrations ultrasonores. Elle s'accompagne évidemment d'une vasodilatation.

Simultanément à cette augmentation de la température, se produit une modification de la perméabilité des membranes. L'effet thermique, résulte des frictions moléculaires provoquées par les vibrations. La modification de perméabilité des membranes, s'explique par ces mobilisations moléculaires.

Les réactions thermiques se produisent essentiellement aux sites de réflexion (c’est à dire aux niveaux des plans de séparation). Du fait des différences de coefficients d’absorption, des réflexions et des interférences, la production de chaleur dans le champ d’action des ultrasons n’est pas homogène. On compense cette absence d’homogénéité par un déplacement continu du projecteur.

Il y a production de chaleur en particulier dans le tissu osseux, les cartilages, les tendons, le tissu musculaire et la peau.

 

Effet antalgique

La conductibilité nerveuse peut subir un ralentissement voire une interruption momentanée. Ceci s’expliquerait par une dépolarisation des fibres nerveuses afférentes due à l’effet thermique.

Par contre l’effet des ultrasons sur le système nerveux central est assez néfaste. Il apparaît que le système nerveux central est très sensible aux ultrasons, on peut observer des lésions allant de la tuméfaction du cylindraxe à la destruction complète. Dans certains cas, il y a un accroissement de la sécrétion de sérotonine, dont la signification reste obscure. 


Effet destructeur

L'application des ultrasons, non plus sur un tissu humain, mais in vitro, fait apparaître, à condition d'augmenter considérablement la puissance par cm², un effet destructeur important, avec libération de bulles gazeuses dans les tissus : c'est le phénomène de cavitation.

 

Propriétés thérapeutiques:

Du point de vue thérapeutique, on peut déjà retenir deux applications principales des ultrasons :

 

La première, peu originale, constitue une thermothérapie qui se distingue de celle produite par les infrarouges et même par les ondes électromagnétiques, par une profondeur d'action plus grande. La thermothérapie par ultrasons, également thermothérapie par conversion, présente la forme la plus profonde d'application de chaleur.

La seconde propriété, tout à fait spécifique des ultrasons, est représentée par son action fibrolytique, qui résulte de ce micromassage profond exercé dans les milieux biologiques. L'affinité particulière des ultrasons pour les processus inflammatoires ou dégénératifs péri-articulaires, tendineux ou aponévrotiques, relève probablement de cette propriété.

 

La pénétration dans les tissus

La fréquence des ultrasons : Aux fréquences élevées, la pénétration est moins profonde. A une fréquence de 1.000.000 de cycles par sec, la demi-distance de pénétration dans les tissus est d'environ 5 cm; à une fréquence de 3.000.000, elle n'est que de 1,5 cm. La demi-distance de pénétration des ondes par rapport à la peau est représentée par le point où le rayonnement a perdu la moitié de son intensité.

La perméabilité ou l'impédance acoustique des tissus : La perméabilité aux U.S. diffère d'un milieu à un autre. Les U.S. traversent mieux les tissus cutanés que les muscles qui les absorbent davantage. Cette imperméabilité musculaire est liée à leur structure et à leur contenu protéique. Les muscles bénéficient donc d'un réchauffement privilégié.

Un autre phénomène intervient, celui des interfaces. Au niveau des interfaces, déjà évoqués plus haut, la réflexion des U.S. crée une accumulation d'énergie et donc un réchauffement particulier, notamment aux points frontières peau - muscle et, plus intéressant encore, muscle - os. On sait que l'os présente un bon pouvoir d'absorption pour les U.S. qui réussissent à franchir la dernière zone de réflexion.

 

Usages thérapeutiques

Une première modalité est le traitement par contact.

–    Le projecteur est appliqué directement sur la peau. Il est de la plus haute importance d'éviter entre la peau et la surface d'application, la moindre présence d'air.

–    L'air est un milieu très peu perméable aux ultrasons et l'interface air - peau, suite à la grande différence d'impédance acoustique entre les deux milieux, représente une zone de réflexion très importante pour les ultrasons.

–     Il y a donc à la fois possibilité de perte et risque d'échauffement excessif. D'où la nécessité de la substance de couplage entre la surface de la tête et la peau (le plus souvent de la paraffine liquide ou de la vaseline). Pour assurer une application parfaite, il faut :

–    veiller à ce que la peau soit recouverte de façon constante de la substance de couplage conductrice

–    obtenir un contact parfait et complet de la tête avec la peau

–    exercer une légère pression sur la tête, il ne faut jamais tenir la tête en oblique, la moindre interposition d'air doit être évitée

 

Usages thérapeutiques

Deuxième possibilité, les ultrasons peuvent être appliqués sous eau.

Le segment à traiter se trouve plongé dans l'eau et la tête à ultrasons se promène à une certaine distance de la peau, souvent, on laisse un intervalle de 1 cm (idéalement, la distance doit correspondre à la longueur du champ proximal).

On peut réaliser ainsi une transmission très homogène dans des circonstances où celle-ci serait impossible par application directe. C'est le cas lorsqu’il faut traiter des surfaces inégales, comme les petites articulations ou lorsqu'il y a des aspérités (par exemple lorsqu'on traite une épicondylite du coude).

Une autre indication de cette modalité est le traitement d'un processus ulcéreux ou encore lorsque la surface à irradier est sensible à la pression. La couche d'eau doit être homogène, et il faut à tout prix éviter la présence de bulles d'air, soit sur la peau, soit sur la tête de l'appareil. Aussi, utilisera-t-on de l'eau bouillie.

Usages thérapeutiques

Troisième possibilité, c’est une variante du précédent procédé qui consiste à adapter sur la tête ultrasons, une poche d'eau.

Il s'agit d'un véritable coussin d'eau maintenu dans un sac en caoutchouc rempli d'eau bouillie. Il faut, bien entendu, ajouter une substance de couplage entre le caoutchouc et la peau, ainsi qu'entre la tête et le coussin d'eau.

Cette technique est particulièrement utile pour les surfaces inégales (saillie osseuse) et dans les régions sensibles à la pression.

 

Usages thérapeutiques

La technique la plus habituelle consiste à promener la tête à ultrasons sur la zone à traiter, soit par contact direct, soit au travers de la couche d'eau. La tête est mobilisée sans arrêt, avec dans l'application directe, une légère pression. Le mouvement est lent pour prolonger l'effet sur la partie où passe la tête. Le déplacement est circulaire ou rectiligne. Il faut éviter de stationner sur les proéminences osseuses.

Il est parfois nécessaire de traiter une toute petite zone. Dans ce cas-là, on procède à une irradiation statique (par opposition à la technique précédente, l'irradiation dynamique).

Dans ces cas-ci, on utilise une densité plus faible. C'est pour ces applications statiques que les formes pulsées s'avèrent les plus intéressantes.

L'insonation par impulsion élimine l'accumulation de chaleur dans les tissus, conséquence inévitable dans l'application dite continue. On peut dès lors utiliser des intensités plus fortes, sur des proéminences, sans provoquer de douleur dans le périoste.

 

Formes pulsées

sont particulièrement indiquées pour :

Le traitement à forte intensité d'une articulation qui se trouve directement sous la peau et pour laquelle on désire éviter la douleur du périoste.

Lorsqu'on traite une névrite très sensible à la chaleur.

Lorsqu'on utilise les ultrasons pour n'importe quelle zone tissulaire très sensible.

En regard d'une musculature spastique: une insonation continue et mobile cède la place à une utilisation pulsée et plus statique.

Phénomènes de propagation

Pénétration des US

 

Exemple de traitement

Le temps de traitement, quant à lui, dépend de la surface à traiter et de l'ERA de la tête de l'ultrason.

Temps de traitement =

(surface à traiter / ERA) x temps d'application

–  ERA: zone d’action efficace  (toujours plus petite que la surface géométrique de la tête de traitement )

Exemple de traitement

Si on doit traiter une lésion profonde et chronique d'une surface de 25 cm², avec une tête d'US de 5 cm² il faudra : (25 / 5) x 90 = 7.30 min de traitement.

Les critères d'utilisation sont, en effet, la puissance, la fréquence, la durée, la modulation {continu (stabile) ou pulsé (labile)}. Le choix dépend des circonstances.

Ainsi, on utilise une fréquence de 3 mégacycles pour les applications superficielles, tandis qu'un mégacycle servira aux applications plus profondes. 

 

Exemple de traitement

Si on prévoit une interface relativement superficielle comme au voisinage d'un os superficiel, on évitera une puissance trop forte, de peur de déclencher des phénomènes de cavitation, par accumulation excessive d'énergie.

Lors de l'application des U.S., il faut y associer une mobilisation passive puis active de la zone traitée. Cette mobilisation permet d'utiliser de façon optimale les modifications bénéfiques thermo-induites des propriétés mécaniques du collagène

 

INDICATIONS:

 

L’arthrose (gonarthrose, coxarthrose)

Les capsulites, les raideurs articulaires

Cicatrices et adhérences, chéloïde.

D'autres rhumatismes abarticulaires, comme les tendinopathies

Les séquelles fibreuses des entorses et lésions musculaires

Les douleurs post-zoostériennes

La maladie de Dupuytren


CONTRE-INDICATIONS: 

Les ultrasons ne doivent jamais être utilisés :

sur les cartilages de conjugaison (chez l'enfant )

sur les gonades

sur un utérus gravide

sur des métastases

sur un matériel d'ostéosynthèse scellé

Cas particulier

 

En continu, l'action antalgique des U.S. est obtenue grâce à la chaleur qui provoque une élévation du seuil douloureux. Cet effet est perdu, en pulsé.

Mais nous pouvons faire un U.S. en pulsé qui associe les effets sclérolytiques et antalgiques, à condition d'utiliser des U.S. pulsés à 50 Hz (souvent ½). En effet, une vibration mécanique à une fréquence de 50 Hz produit une antalgie.

Cette modalité thérapeutique donne des résultats particulièrement intéressants sur les tendinopathies, les séquelles fibreuses traumatiques, les capsulites et les raideurs articulaires.

Traitement des triggers-point

Définition,

Traitement par thérapie combinée

 



10/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres