KINESITHERAPIE

Arthrologie

 


INTRODUCTION

L'Arthrologie [grec. arthron = articulation; logia=théorie] est l'étude des différentes unions et/ ou liaisons osseuses appelées articulations.
Les articulations sont formées de pièces osseuses en contact et des fibreux interposés. Il existe plusieurs types d'unions osseuses. Elles sont continues, les synarthroses ou discontinues les diarthroses.
Les synarthroses ("articulations immobiles") présentent une union osseuse très solide ne permettant pas le mouvement au sens usuel du terme. L'union des pièces osseuses s'effectue par l'intermédiaire de différents tissus en fonction de quoi on distingue par exemple les syndesmoses (sutures crâniennes), les symphyses (symphyse pubienne)...
Les diarthroses : les articulations de l'appareil locomoteur sont toutes des diarthroses ("articulations vraies"). Elles sont caractérisées par leur mobilité, la présence de cartilage sur les surfaces articulaires, l'existence d'une capsule articulaire (manchon fibreux) et d'une synoviale qui en tapisse la face interne. Elles sont classifiées en fonction de la forme de leurs surfaces articulaires qui en détermine le nombre de degrés de liberté (ddl) :

  1. Les Enarthroses : portions de sphères, l'une concave, l'autre convexe possèdent 3 ddl soit trois types de mouvements (ex.: la scapulo-humérale avec la flexion/extension, l'abduction/adduction et la rotation interne/rotation externe).
  2. Les Condylarthroses : portions d'ellipses, 2 ddl soit deux types de mouvements (ex.: radio-carpienne).
  3. Les Articulations en selle, surfaces articulaires en forme de selle de cheval, avec une courbure concave et l'autre convexe, 2 ddl.
  4. Les Arthrodies, surfaces articulaires planes, permettent des glissements de faible amplitude dans toutes les directions.
  5. Les Trochléarthroses, en forme de portions de poulies, 1 ddl (ex.: l'huméro-cubitale).
  6. Les Trochoïdes, en portions de cylindres concave/convexe, avec 1 ddl (ex.: la radio-cubitale supérieure).



ARTICULATIONS DE LA CEINTURE SCAPULAIRE

GENERALITES : lorsque l'on considère les articulations du membre supérieur, il est usuel d'étudier dans un 1ier temps les unions des os de la ceinture scapulaire : clavicules, omoplates et sternum.
On entend par "complexe de l'épaule" l'articulation de l'épaule (scapulo-humérale) et les deux articulations situées aux extrémités de la clavicule : la sterno-costo-claviculaire et l'acromio-claviculaire.

LA STERNO-COSTO-CLAVICULAIRE relie la clavicule et le sternum. C'est la seule liaison osseuse de la ceinture scapulaire au tronc. C'est une articulation par emboîtement réciproque (en selle).

SURFACES ARTICULAIRES : l'extrémité interne de la clavicule (la plus volumineuse) répond à l'encoche que forment le manubrium sternal (bord supérieur du sternum) et le 1ier cartilage costal.

MOYENS D'UNION PASSIFS :

  • la capsule,
  • le ligament costo-claviculaire tendu de la 1ière côte à la face inférieure de la clavicule,
  • les ligaments sterno-claviculaire antérieur et postérieur tendus en AV et en ARR de la capsule,
  • le ligament inter-claviculaire tendu entre les 2 clavicules par dessus le manubrium sternal,

MOUVEMENTS : la mobilité de cette articulation est fortement réduite par les ligaments. Il existe néanmoins des mouvements de HT en BAS, d'AV en ARR et de très faible rotation (due à la présence d'un disque articulaire). L'extrémité distale de la clavicule, du fait de son plus grand bras de levier, aura de plus amples déplacements.

L'ACROMIO-CLAVICULAIRE réunit la clavicule à l'acromion. C'est une articulation de type arthrodie, siège de mouvements de glissements et de bâillements.

SURFACES ARTICULAIRES : elles sont planes. L'acromion (extrémité interne) de l'omoplate fait face à l'extrémité distale ou externe de la clavicule, avec la présence d'un fibro-cartilage méniscal.

MOYENS D'UNION PASSIFS :

  • la capsule
  • les ligaments acromio-claviculaire supérieur et inférieur renforcent la capsule articulaire en HT et en BAS,

cette articulation est renforcée, à la périphérie, par les ligaments coraco-claviculaire :

  • le ligament trapézoïde prend son origine sur l'apophyse coracoïde. C'est une lame fibreuse, épaisse, quadrilatère, orientée dans un plan oblique en HT et en DH. Il se termine sur la face inférieure de la clavicule (1/4 externe).
  • le ligament conoïde a pour origine à la partie interne de la base de l'apophyse coracoïde. Il est triangulaire à sommet inférieur et se termine sur le tubercule conoïde (face inférieure de la clavicule).
  • 2 ligaments accessoires, simples épaississements de l'aponévrose clavi-pectorale : les ligaments coraco-claviculaire interne et externe naissent du bord interne de l'apophyse coracoïde, se porte en DD et en HT et se termine sur la clavicule (face inférieure).

MOUVEMENTS DE L'OMOPLATE : Ces mouvements correspondent à des glissements de l'omoplate sur le thorax dans toutes les directions. Abduction où l'omoplate se rapproche du plan sagittal / Adduction où elle se rapproche du plan frontal (45° entre les 2 positions extrêmes) - Elévation / Abaissement (env. 40° entre les 2 positions extrêmes) - Rotation latérale ou axillaire ou "sonnette externe" dans laquelle la pointe de l'omoplate se dirige vers DH (45°) / Rotation médiale ou spinale ou "sonnette interne" dans laquelle la pointe de l'omoplate se dirige vers DD (20°).
 

 


ÉPAULE - ARTICULATION SCAPULO-HUMÉRALE

GENERALITES : articulation proximale du bras qui relie le membre supérieur au tronc. C'est une énarthrose typique à 3 degrés de liberté (3 ddl) formée par l'union de la cavité glénoïde de l'omoplate (scapula) et de la tête humérale.

SURFACES ARTICULAIRES :

  • la tête humérale forme une saillie à l'extrémité supéro-interne de l'humérus qui représente le 1/3 d'une sphère recouverte de cartilage (rayon = env. 30 mm). Elle regarde en HT, en DD et en ARR.
  • la cavité glénoïde de l'omoplate est ovale et quasi plane, elle regarde en HT, en AV et en DH. Au dessus et en dessous de cette cavité, on observe les tubercules sus-glénoïdien (lieu de naissance du tendon de la longue portion du biceps) et sous-glénoïdien (à l'origine du tendon de la longue portion du triceps).
  • le bourrelet glénoïdien est un fibro-cartilage qui s'insère sur le pourtour de la cavité glénoïde qu'il agrandi. Triangulaire à la coupe, il augmente la concavité de la surface articulaire de l'omoplate. Il a la forme d'un anneau plus large et plus épais en BAS qu'en HT. Il est constitué de fibres propres circulaires et de fibres de renforcement en provenance des tendons de la longue portion du biceps et du triceps.

MOYENS D'UNION PASSIFS :

  • la capsule est un manchon fibreux tapissé d'une synoviale. Elle est mince et lâche en BAS ce qui permet un ample mouvement d'abduction. Elle est renforcée de ligaments en HT, en BAS et en AV.
  • en HT, le ligament coraco-huméral : c'est le ligament le plus résistant de l'épaule. Il est composé de 2 faisceaux (Supérieur, qui part de l'apophyse coracoïde et se termine sur le trochiter / Inférieur, de même origine et qui se termine sur le trochin).
  • en BAS et en AV les 3 ligaments gléno-huméraux en forme de "Z" : lig. gléno-huméral supérieur (origine : au dessus de la cavité glénoïde et du bourrelet glénoïdien - terminaison : tête au dessus du trochin), lig. gléno-huméral moyen (origine : bord antérieur du pourtour de la cavité glénoïde - terminaison : trochin, en DD de l'insertion du sous-scapulaire) et lig. gléno-huméral inférieur (origine : bord antérieur du pourtour de la cavité glénoïde - terminaison: à la partie antéro-interne du col chirurgical de l'humérus, en DD du trochin). Leurs positions définissent 2 points de faiblesse : l'inférieur est le plus faible car le supérieur est renforcé par le muscle sous-scapulaire.

MOYENS D'UNION ACTIFS : les tendons des muscles péri-articulaires, intimement liés à la capsule forment un ensemble ou cône musculo-tendineux, véritables ligaments actifs de l'articulation. En AV le sous-scapulaire, le tendon du long chef du biceps (empêche luxation en AV), le deltoïde, le tendon du triceps (en ARR), la coiffe des rotateurs (le sus-épineux en HT, le sous épineux et le petit rond en ARR). Vers le BAS, il n'y a ni muscle ni ligament.

MOUVEMENTS : Flexion (50° sans l'omoplate, 160° avec l'omoplate) / Extension (25°) - Abduction (90° sans l'omoplate, 160° avec l'omoplate, 180° si le rachis s'incline) / Adduction (10° à 30° en AV ou ARR du tronc) - Rotation interne (95°) / rotation externe (30°).
Position de repos : En flexion, rotation interne et abduction.

Remarques : traumatologie sportive de la luxation antéro-interne. Rupture de la coiffe des rotateurs.
 

 


COMPLEXE ARTICULAIRE DU COUDE

GENERALITES : c'est l'articulation qui unit l'os du bras (humérus) aux deux os de l'avant-bras (radius et cubitus ou ulna). Elle est composée de 3 articulations entourées d'une unique et même capsule :

  • l'articulation huméro-cubitale, c'est une trochléenne (1 ddl), unit l'humérus en HT au cubitus en BAS. C'est le lieu privilégié de la flexion/extension du coude,
  • l'articulation huméro-radiale, sphéroïde énarthrose (seulement 2 ddl car elle est solidaire de l'articulation huméro-cubitale), unit l'humérus en HT au radius en BAS,
  • l'articulation radio-cubitale supérieure, trochoïde (1 ddl), unit le radius en DH, le cubitus DD et la ligament annulaire. Elle permet les mouvements de prono-supination. (avec la radio-cubitale inférieure)

SURFACES ARTICULAIRES :

  • En HT : à l'extrémité inférieure de l'humérus : la trochlée en DD, formant un segment de poulie, fait face à la grande cavité sigmoïde du cubitus, le condyle en DH à la forme d'une portion de sphère fait face à la cupule radiale. Les surfaces articulaires sont surmontées de fossettes creusées dans l'os augmentant ainsi l'amplitude des mouvements de flexion et d'extension.
  • En BAS en en DD : à l'extrémité supérieure du cubitus (ulna) : la grande cavité sigmoïde en forme de crochet qui emprisonne la trochlée humérale, la petite cavité sigmoïde (ou incisure radiale) en forme de segment de cylindre creux à axe vertical, fait face au pourtour de la tête du radius.
  • En BAS en en DH : à l'extrémité supérieure du radius : la cupule radiale concave qui fait face au condyle huméral. Le pourtour de la tête radiale, cylindre plein à axe vertical, qui s'articule à la petite cavité sigmoïde. Le ligament annulaire encroûté de cartilage à sa face interne, qui s'enroule autour du pourtour de la tête radiale, s'attache sur les bords antérieur et postérieur de la petite cavité sigmoïde du cubitus.

MOYENS D'UNION PASSIFS :

  • La capsule est tendue entre l'humérus (suit le bord des fossettes) et les 2 os de l'avant-bras (au niveau du col du radius et autour des cavités sigmoïdes du cubitus), elle est tapissée d'une synoviale. Elle est lâche en ARR.
  • Le ligament latéral interne (ulnaire) est le plus puissant. C'est un éventail fibreux qui irradie de la face antérieure de l'épitrochlée en 3 faisceaux (Antérieur et Moyen vers l'apophyse coronoïde du cubitus / Postérieur vers l'ARR jusqu'à l'olécrane).
  • Le ligament latéral externe (radial) moins résistant que le précédent, il irradie de la face antérieure de l'épicondyle en 3 faisceaux (Antérieur jusqu'au bord antérieur de la petite cavité sigmoïde / Moyen jusqu'au bord postérieur de la petite cavité sigmoïde / Postérieur se termine sur l'olécrane).
  • Le ligament annulaire (à la fois surface articulaire et moyen d'union), qui est un prolongement de la capsule, s'enroule autour du pourtour de la tête radiale. Sa face interne encroûtée de cartilage est une surface articulaire. Il est plus large en HT qu'en BAS et empêche la luxation lors de traction du radius vers le bas. Il est tendu du bord postérieur de la petite cavité sigmoïde à son bord antérieur en contournant le radius.
  • Le ligament carré de DENUCÉ, quadrilataire, renforce la capsule en BAS entre le radius et le cubitus. Il unit le col du radius au bord inférieur de la petite cavité sigmoïde.
  • Le ligament postérieur, peu résistant, est tendu du bec de l'olécrane à la fossette olécranienne.
  • Le ligament antérieur, peu résistant, est tendu de la ligne d'insertion de la capsule au bord antérieur de la petite cavité sigmoïde et au ligament annulaire.

MOYENS D'UNION ACTIFS : le biceps brachial, le brachial antérieur en AV; le triceps brachial et l'anconé en ARR.

MOUVEMENTS : Flexion (140 à160°) / Extension (0° à -5°) - Prono-supination au niveau de l'articulation radio-cubitale inférieure et supérieure (pronation 80°, supination 90°).
La position de repos est une flexion à env. 100°.

La radio-cubitale inférieure (ou radio-cubitale distale) est une articulation de type trochoïde à 1 ddl. Elle unit la petite cavité sigmoïde du radius (incisure ulnaire) à la circonférence articulaire du cubitus (extrémités distales des 2 os). Le ligament triangulaire (tendu de la base de l'apophyse styloïde cubitale à la base de la petite cavité sigmoïde) renforce cette articulation qui participe à la prono-supination. La position de repos est la semi-pronation (pouce vers l'AV).

 

Prono-supination : Dans les mouvements de Prono-Supination (mouvements associés aux deux articulations radio-cubitale supérieure et inférieure) la tête du radius tourne sur son axe alors que l'extrémité inférieure du radius passe en avant du cubitus (du fait de sa courbure pronatrice).
Si le coude est libre, l'association des rotations épaule-coude-poignet permet une rotation de la main d'une amplitude d'environ 360°.
  Remarques : traumatologie sportive : le tennis-elbow est une inflammation de la synoviale.
Le nerf cubital passe entre l'olécrane et l'épitrochlée.

 


POIGNET - ARTICULATION RADIO-CARPIENNE

GENERALITES : c'est une articulation de type condylienne (2 ddl) qui unit l'avant-bras à la main.

SURFACES ARTICULAIRES :

  • En HT : la cavité glénoïde antibrachiale est constituée en DH de l'extrémité inférieure du radius (en forme d'ellipse, constitue les 2/3 de la cavité), en DD, du ligament triangulaire qui est tendu de la base de l'apophyse styloïde cubitale à la base de la petite cavité sigmoïde du radius. Dans son ensemble, cette cavité est concave et elliptique, elle regarde vers le BAS, l'AV et le DD.
  • En BAS : le condyle carpien est constitué des 3 os externes de la première rangée des os du carpe (le scaphoïde et le semi-lunaire qui répondent au radius, et le pyramidal qui répond au ligament triangulaire) et des ligaments interosseux qui les relient.

MOYENS D'UNION PASSIFS :

  • La capsule s'insère en HT et en BAS sur le pourtour des surfaces articulaires. Elle est tapissée sur sa face interne d'une synoviale.
  • Le ligament antérieur (cubito et radio-carpien) est le plus puissant. Il forme 2 faisceaux qui descendent du radius et du ligament triangulaire pour converger vers les os du carpe.
  • Le ligament postérieur (radio-carpien) est formé de 3 faisceaux irradiant du bord post de l'extrémité inférieure du radius vers le scaphoïde, le semi-lunaire et le pyramidal.
  • Le ligament latéral externe (2 faisceaux antérieur et postérieur tendus de l'apophyse styloïde du radius au scaphoïde)
  • Le ligament latéral interne (2 faisceaux : antérieur tendu de l'apophyse styloïde du cubitus au pisiforme, et postérieur tendu de l'apophyse styloïde du cubitus au pyramidal).

MOUVEMENTS : Flexion (80° limités par les extenseurs des doigts) / extension (de 50° si mouvement actif à 90° en passif) - Abduction ou inclinaison radiale (15° dont 2/3 grâce à l'articulation sous-jacente : la médio-carpienne) / Adduction ou inclinaison cubitale (40° dont plus de 1/2 est due à l'articulation médio-carpienne).
Voir aussi : La prono-supination

Remarques : l'articulation médio-carpienne entre les deux rangées des os du carpe joue un rôle important dans l'amplitude des mouvements de l'articulation du poignet.
 

 


HANCHE - ARTICULATION COXO- FÉMORALE

GENERALITES : c'est une énarthrose (3 ddl) qui unit la cuisse au bassin : l'os iliaque (coxal) à l'extrémité proximale du fémur (c'est l'articulation proximale du membre inférieur). Entre les deux pièces osseuses et tendu le ligament rond. Cette articulation transmet le poids du corps au membre inférieur.

SURFACES ARTICULAIRES :

  • En DH : sur le fémur, la tête fémorale représente les 2/3 d'une sphère pleine (20 à 25 mm de rayon). Elle est recouverte de cartilage (plus épais en HT qu'en BAS) à l'exception de la fossette d'insertion du ligament rond (dans le quadrant postéro-inférieur). Elle regarde en DD, en HT et en AV. Son axe forme avec la diaphyse un angle cervico-diaphysaire de environ 130° (qui diminue avec l'âge). La tête fémorale est reliée à la diaphyse par le "col du fémur".
  • En DD : sur la face externe de l'os iliaque, dans son segment moyen ,au dessus du trou obturateur : la cavité cotyloïde (le cotyle ou acétabulum). C'est une cavité hémisphérique limitée dans son pourtour par le sourcil cotyloïdien (plus marqué en HT) et par l'échancrure ischio-pubienne en BAS. Elle présente 2 régions : à la périphérie, une surface semi-lunaire encroûtée de cartilage (en forme de croissant concave vers le BAS et se terminant par 2 cornes : antérieure et postérieure) et au centre, l'arrière fond (fosse acétabulaire) non recouverte de cartilage, non articulaire (elle est remplie d'un paquet adipeux).
  • Entre les 2 précédentes surfaces, il existe un bourrelet cotyloïdien de forme annulaire (le labrum). C'est un fibro-cartilage enroulé à la périphérie d u cotyle dont il régularise les bords, en augmente la superficie ainsi que la profondeur. Il est triangulaire à la coupe et présente donc 3 faces ("Adhérente" attachée au sourcil cotyloïdien / "Périphérique" attachée à la capsule / "Articulaire" et recouverte de cartilage qui répond à la tête fémorale). Au niveau de l'échancrure ischio-pubienne, il passe en pont formant le ligament transverse de l'acétabulum (il crée un orifice ostéo-fibreux qui conduit à l'arrière fond de la cavité articulaire de l'os iliaque).

MOYENS D'UNION PASSIFS :

  • la capsule, est un manchon fibreux très résistant, inséré en DD sur le pourtour osseux du sourcil cotyloïdien, en AV sur la ligne intertrochantérienne antérieure du fémur et en ARR au niveau du col sur la face postérieure du fémur. La synoviale tapisse la face interne de celle-ci et produit le liquide synovial qui nourrit le cartilage.
  • le ligament antérieur (ou ilio-fémoral ou ligament de BERTIN) très résistant, triangulaire à base externe, recouvre la face antérieure de la capsule. Epais au bord (faisceau supérieur ou ilio-prétrochantérien et faisceau inférieur ou ilio-prétrochantinien) mince au centre, il est tendu de l'épine iliaque antéro-inférieure à la ligne intertrochantérienne antérieure. Il entrave la rotation externe et l'adduction.
  • le ligament inférieur (ou pubo-fémoral) triangulaire à base pubienne renforce en BAS la capsule. Il est tendu de la branche ilio-pubienne à la partie inférieure de la ligne intertrochantérienne en AV du petit trochanter. Il entrave l'abduction.
  • le ligament postérieur (ou ischio-fémoral) situé sur la face postérieure de l'articulation coxo-fémorale. Il est tendu de la partie ischiatique du sourcil et du bourrelet cotyloïdien et se termine en 3 faisceaux (Supérieur : à la face interne du grand trochanter / Moyen et Inférieur : se perdent respectivement en DH et en BAS dans la capsule). Il limite la rotation interne de la cuisse.
  • le ligament rond est une lame (longueur env. 3 cm) intra-capsulaire mais extra-synoviale (Il est isolé de la cavité synoviale par un manchon synovial). Il prend son origine sur la fossette non recouverte de cartilage de la tête fémorale et se divise en 3 faisceaux au niveau de l'échancrure ischio-pubienne du cotyle (Faisceau antérieur qui se termine en ARR de la corne postérieure du cotyle / Moyen : qui s'attache sur le bord interne du ligament transverse de l'acétabulum / Postérieur : se termine sur l'ischion en passant sous le ligament transverse de l'acétabulum). Il empêche l'extraction en cas de luxation de l'articulation.

MOYENS D'UNION ACTIFS : les fessiers en ARR et en DH, les muscles pelvi-trochantériens et les adducteurs en DD, le quadriceps et le poas-iliaque (ilio psoas) en AV.

MOUVEMENTS : Flexion (de 90° si la jambe est tendue car limitée par la tension des ischio-jambiers à 130° si le genou est fléchi) / Extension (15°) - Abduction (45°) / Adduction (30°) - Rotation externe (60°) - Rotation interne (40°).
La position de repos est une légère flexion associée à une légère abduction.
Position d'instabilité : assis, jambes croisées, cheville sur le genou du membre opposé.

Remarques : c'est une articulation fréquemment atteinte d'arthrose (coxarthrose). Le col du fémur devient fragile chez les personnes âgées (femme ménopausée surtout : décalcification). La luxation est rare et entraîne souvent la fracture.
Risque de luxation congénitale car le lange du bébé s'effectue en abduction forcée.
Le ligament rond est accessoire chez l'adulte par rapport au réseau vasculaire important, mais primordial chez l'enfant car il contient l'artère qui vascularise la tête fémorale, son arrachement peut donc entraîner la nécrose de la tête du fémur.
 

 


GENOU - COMPLEXE ARTICULAIRE DU GENOU

 

GENERALITES : c'est l'articulation la plus grosse du corps humain, elle unit la cuisse à la jambe. Elle est composée de 2 articulations :

  • l'articulation fémoro-tibiale, est une double condylienne complétée de ménisques, elle unit le fémur au tibia,
  • l'articulation fémoro-patellaire (trochléenne à 1 ddl) est apparentée à une trochléenne, elle unit la rotule (patella) à la face antérieure de l'extrémité inférieure du fémur.

La flexion du genou est composé d'une double période : roulement / glissement. Du fait du verrouillage de l'articulation en extension, le genou ne possède principalement qu'un degré de liberté (flexion / extension) néanmoins un 2° degré de liberté apparaît lorsque il est fléchi : la rotation int /ext.


by Yves Piguet

SURFACES ARTICULAIRES :

  • sur le fémur (épiphyse distale) : la trochlée fémorale s'articule en AV à la face postérieure de la rotule (la trochlée avance plus du côté externe empêchant la luxation de la rotule) La joue externe est plus haute que l'interne. Une gorge sépare les 2 joues qui se prolongent en ARR par les condyles fémoraux séparés à leur tour en ARR par l'échancrure intercondylienne. Les condyles s'articulent en BAS avec les glènes du tibia, le condyle interne est plus long que l'externe. Trochlée et condyles sont séparés par 2 crêtes intertrochléo-condyliennes,
  • sur le tibia (épiphyse proximale) 2 cavités glénoïdales séparées d'une surface en forme de sablier non recouverte de cartilage (l'espace inter condylien) sont articulaires avec les condyles fémoraux par l'intermédiaire des ménisques. La glène externe est légèrement plus large mais moins longue que l'interne. Les glènes se relèvent près de leur bord axial au niveau des l'épines tibiales,
  • sur la rotule : la face postérieure dont la surface articulaire fémorale occupe les 2/3 . Celle-ci est constituée de 2 champs séparés par une crête verticale située légèrement en DD de la ligne médiane. La surface articulaire s'oppose à la trochlée fémorale (elle est maintenue en contact avec le fémur par l'intermédiaire des ailerons rotuliens).
  • Les ménisques articulaires interne (ou médial) et externe (ou latéral). Ce sont des fibro-cartilages, en forme de croissant de lune, triangulaires à la coupe. Ils possèdent 3 faces (Périphérique, 3 mm de HT qui adhère à la capsule / Supérieure, concave qui répond aux condyles / Inférieure qui répond aux glènes), 2 cornes (Antérieure et Postérieure : moyens de fixation sur les surfaces pré et rétro-spinales) et 1 bord (axial mince et libre). Le ménisque interne [2] a la forme d'un "C" ouvert et le ménisque externe [1] d'un "C" presque fermé en "O".
    Les ménisques ont un léger mouvement de va-et-vient, d'ARR en AV, pendant la flexion/extension.
    Ils assurent la congruence et la concordance des surfaces articulaires entre le fémur (condyles convexes) et le tibia (glènes quasi planes). Leur rôle essentiel est d'améliorer la concavité des glènes, la stabilité de l'articulation et d'augmenter la superficie de l'appui  ce qui entraîne une meilleure répartition des pressions.

    vue supérieure
    ARR

    AV



    vue antérieure

MOYENS D'UNION PASSIFS :

  • la capsule, qui est renforcée à l'ARR pour formée les 2 coques condyliennes, est tapissé en sa face interne d'une synoviale. En AV elle contient la rotule,
  • les ligaments croisés antéro-externe (de la surface pré-spinale à la face interne du condyle externe, il est renforcé par la corne antérieure du ménisque externe) et postéro-interne (de la surface rétro-spinale à la face externe du condyle interne),
  • Les ligaments latéral interne latéral externe,

Ligament latéral externe

tendu de l'ARR et DH du condyle externe à la face supérieure de la tête du péroné

Ligament latéral interne

tendu en ARR et DD du condyle interne du fémur à la partie supérieure de la face interne du tibia (possède une partie antérieure fémoro-tibiale et une partie postérieure fémoro-méniscale et tibio-méniscale)

  • le plan fibreux antérieur
    • le plan profond (ou capsulaire) comprend : les ailerons rotuliens interne (du condyle interne au bord interne de la rotule) et externe (du bord externe de la rotule au condyle externe), et les ailerons sous-rotuliens unissent les ménisques à la rotule.
    • le plan moyen (ou tendineux) recouvre le précédent. Il comprend en AV : de la profondeur à la superficie : le tendon quadricipital, le tendon rotulien, les expansions des vastes (directes et croisées) ; en DH : le fascia lata et en DD : la mince expansion du couturier (sartorius).
    • le plan superficiel (ou aponévrotique) correspond à l'aponévrose superficielle qui enveloppe les muscles
  • le plan fibreux postérieur renforce la partie postérieure de la capsule articulaire en formant une nappes fibreuses : les coques condyliennes interne et externe qui recouvrent en ARR du plateau tibial et des condyles fémoraux. Il comprend également en ARR : le ligament poplité oblique (récurrent du 1/2 membraneux jusqu'à la coque condylienne externe) et en DH : le ligament poplité arqué (du sommet du péroné à la coque condylienne externe et au tibia).

MOYENS D'UNION ACTIFS : en AV : le tendon du quadriceps et les muscles de la patte d'oie (couturier, droit interne, 1/2 tendineux), le 1/2 membraneux (qui adhère à la coque condylienne interne), en ARR : le biceps fémoral (qui adhère à la coque condylienne externe), le poplité et le triceps sural.

 

Les ligaments croisés : Ils sont situés dans l'échancrure intercondylienne (intra capsulaire mais extra synoviale), ils limitent les mouvements de torsion. Les ligaments croisés antéro-externe (AE) et postéro-interne (PI) sont croisés dans les plans sagittal (ligament AE : presque horizontal, ligament PI : presque vertical) et horizontal (ligament AE : oblique de DD à DH, ligament PI : oblique de DH à DD).
- Ligament AE tendu de la surface pré-spinale à la face interne du condyle externe.
- Ligament PI tendu de la surface rétro-spinale à la face externe du condyle interne.

 

MOUVEMENTS : Flexion (140° à 150°) / Extension (0° à -5°) - Rotation uniquement quand le genou est fléchi : rotation interne (30°) / rotation externe (40°) : la rotation est possible à cause de la longueur différente des 2 condyles fémoraux (interne : 10cm, externe : 8cm).

Remarques : la rotation interne accompagne le début de la flexion, la rotation externe accompagne la fin de l'extension.
La lésion méniscale est une traumatologie sportive fréquente (détachement de la capsule ou fissure du ménisque). Faiblement vascularisés, se nourrissant essentiellement de liquide synovial, les ménisques non pas de tendance spontanée à la cicatrisation. La laision méniscale interne est 20 fois plus fréquente que l'externe du fait de la faible mobilité du ménisque interne. 
La rupture du ligament croisé antéro-externe se caractérise par un phénomène de "tiroir" vers l'AV.
 

 


CHEVILLE - ARTICULATION TIBIO-PÉRONÉO-ASTRAGALIENNE (Talo-crurale)

GENERALITES : elle unit le tibia et le péroné (fibula) à l'astragale (talus). C'est une articulation de type trochléenne (1 ddl) qui est bridée latéralement par les malléoles interne et externe ainsi que de puissants ligaments.

SURFACES ARTICULAIRES : Elles s'encastrent l'une dans l'autre à la façon d'un tenon et d'une mortaise. La poulie astragalienne déborde largement (de 1/3) de la mortaise. L'axe de rotation est oblique en DH et en ARR.

  • la mortaise tibio-péronière possède 3 faces ou parois (Supérieure : c'est la face inférieure concave du pilon tibial, plus large en AV, elle répond à la poulie astragalienne / Interne : c'est la face externe de la malléole tibiale, triangulaire à sommet postérieur qui s'articule avec la face interne de l'astragale / Externe : c'est la facette articulaire de la malléole péronière, triangulaire à sommet inférieur qui s'articule avec la face externe de l'astragale). L'axe médian de la mortaise est oblique en AV et en DH (valgus du pied),
  • le tenon astragalien est constitué des 3 faces articulaires de l'astragale : (Supérieure : en forme de poulie dont la gorge est oblique en AV et en DH, elle est convexe d'AV en ARR, elle répond à la surface inférieure du tibia. Elle est plus large en AV / Interne : concave, elle répond à la face externe de la malléole interne / Externe : elle répond à la face interne de la malléole externe).

MOYENS D'UNION PASSIFS

  • la capsule est très lâche d'AV en ARR (culs-de-sac antérieur et postérieur), serrée latéralement. Une synoviale tapisse sa face interne,
  • 2 fins ligaments tibio-fibulaire antérieur et postérieur sont tendus entre les os de la jambe en AV et en ARR de l'articulation,
  • les ligaments latéral externe (ou latéral) et interne (ou médial).
Ligament latéral interne (LLI)

Disposé en 2 plans.
- Plan superficiel (ligament deltoïdien, non dessiné dans sa totalité) s'étend en éventail du bord antérieur de la malléole tibiale à la face interne du scaphoïde jusqu'au calcanéum
- Plan profond avec un faisceau antérieur (ligament tibio astragalien ant.) s'étend du bord antérieur de la malléole interne au collier astragalien, et un faisceau postérieur (ligament tibio astragalien post.) symétrique au précédent, qui se termine sur la face postérieure de l'astragale.

ligament latéral externe (LLE)

Possède 3 faisceaux qui irradient de la malléole externe.
- Faisceau antérieur (lig. péronéo-astragalien ant.) et tendu du bord antérieur de la malléole externe à la face externe du col de l'astragale,
- Faisceau moyen (lig. péronéo-calcanéen) est tendu du bord antérieur de la malléole externe à la face externe du calcanéum,
- Faisceau postérieur (lig. péronéo-astragalien post.) est tendu de la face interne de la malléole externe à la face postérieure de l'astragale,

MOYENS D'UNION ACTIFS : en ARR : le tendon (d'Achille) du triceps sural, le court et long fibulaire, les muscles fléchisseurs et les muscles extenseurs de la cheville et des orteils.

MOUVEMENTS : Flexion dorsale (20° à 30°) / Flexion plantaire (30° à 60°). C'est une articulation couplée d'un point de vue biomécanique aux articulations sous-jacente du tarse.

Remarques : l'axe du mouvement est oblique de 15° en DH et en ARR (déviation externe du pied : valgus physiologique).
La malléole interne et plus basse que l'externe (blocage osseux) : les entorses sont fréquentes en varus (la position de supination est autorisée par l'articulation sous-astragalienne). C'est l'articulation la plus sujette aux entorses. Oedème en oeuf de pigeon à l'extérieur du "cou-de-pied" = lésion du ligament latéral externe (par ordre faisceau antérieur, moyen, postérieur).
(Rééducation proprioceptive sur plateau instable).
L'écartement de la mortaise tibio-péronière peut entraîner la fracture malléolaire externe ou bi-malléoles (ligament interosseux entre le tibia et le péroné très puissant).
 

 


DISQUE INTERVERTÉBRAL

GÉNÉRALITÉS : Les disques intervertébraux associés aux ligaments vertébraux forment une symphyse intervertébrale. Chacun d'eux participe à la mobilité globale de la colonne vertébrale. Les disques intervertébraux s'interposent entre les corps de 2 vertèbres successives.
Le disque intervertébral (DIV) est constitué de 2 parties :

  • l'anneau fibreux (anulus fibrosus), fibrocartilage et fibres de collagène disposées en couches concentriques dont l'orientation des fibres change d'une couche à l'autre. Il est constitué de fibres dont l'orientation change d'une couche à l'autre, en leur centre s'insère le noyau,
  • le noyau (nucléus pulposus) gélatineux. Riche en eau, il est déformable mais incompressible : qualité qu'il perd en vieillissant. Son rôle est d'amortir et de  répartir les contraintes et les pressions. Il est situé d'autant plus en ARR par rapport au centre que l'on descend dans la colonne vertébrale.

MOYENS D'UNION PASSIFS : Les ligaments vertébraux communs antérieurs (qui tapissent toute la partie antérieure des corps vertébraux et des disques de l'occipital au sacrum) et postérieurs (qui tapissent la face postérieure des corps vertébraux, à l'intérieur du canal médullaire) renforcent la colonne, limitent les mouvements de flexion/extension et protègent les disques intervertébraux.
Le ligament cervical postérieur est tendu de l'occipital aux apophyses épineuses des vertèbres cervicales,
Le ligament intertransversaire est tendu entre les pointes des apophyses transverses. Il est très résistant au niveau lombaire,
Le ligament interépineux est tendu entre les apophyses épineuses,
Le ligament sus-épineux tendu de C7 au sacrum entre les pointes des apophyses épineuses,
Le ligament jaune ferme le trou de conjugaison en AV et en DD.

MOUVEMENTS de la colonne vertébrale sont limités :

  • en flexion par le ligament commun postérieur et le ligament interépineux,
  • en extension par le ligament commun antérieur et les apophyses épineuses,
  • en inclinaison latérale par le ligament intertransversaire (coté opposé au mouvement),
  • en rotation par le ligament intertransversaire.

Hernie discale (migration du disque vers le canal rachidien) : le nucléus pulposus migre vers l'ARR : risque de rupture du ligament dorsal avec risque de lésion de la moelle épinière. Elle est rare au niveau dorsal, plus fréquente au niveau lombaire (l'hernie postero-latérale la plus fréquente est la sciatique).
  La mobilité entre 2 vertèbres consécutives est faible et se réduit de HT en BAS en raison des impératifs de stabilité qui augmentent en BAS. La somme de ces faibles mouvements confère à la colonne vertébrale une bonne mobilité rotatoire au niveau cervical et lombaire et une bonne mobilité d'inclinaison au niveau cervical et dorsal.


 
 

 



07/06/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres