KINESITHERAPIE

SPONDYLARTHROPATHIES ET ARTHRITES REACTIONNELLES

Historique:

Le regroupement de certaines maladies sous la dénomination de spondylarthropathies, concept relativement récent, était justifié par:

- des antécédents familiaux communs et une association avec l'antigène HLAB27.

- des similitudes cliniques et évolutives.

 

L'Intérêt est double:

Il permet au clinicien d'établir d'abord le diagnostic de spondylarthropathie grâce à un système de critères actuellement validés, avant d'envisager celui des particularités de l'affection en cause.

Nous nous proposons d'exposer ces critères qui affirment le diagnostic si leur score est>6 (seulement en cas de spondylarthropathies chroniques):

A Clinique:
1 Douleurs dorsales ou lombaires nocturnes, ou raideur matinale dans le même territoire
1
2 oligoarthrite asymétrique 2
3 douleurs fessières sans précision, ou à bascule 1, ou 2
4 doigt ou orteils 'en saucisse' 2
5 talalgie ou autre enthésopathie 2
6 iritis 2
7 uréthrite non-gonococcique ou cervicite<1mois avant le début de l'arthrite 1
8 diarrhée<1mois avant le début de l'arthrite 1
9 antécédents ou présence d'un psoriasis et/ou d'une balanite 1
B Radio: sacroiliite de stade II si bilatérale ou de stade III si unilatérale 3
C Terrain génétique: antécédents familiaux de spondylarthropathie et/ou présence de l'antigène HLAB27 2
D Sensibilité au traitement: amélioration ou reprise de la symptomatologie moins de 48h après l'institution ou l'arrêt des Anti-inflammatoires non stéroidiens 2

 

* ensuite sur le plan fondamental car les progrès réalisés dans l'une des affections se répercutent sur les autres en particulier sur le plan physiopathologique et thérapeutique. Nous exposons ci-après les 11 caractéristiques physiopathologiques des spondylarthropathies:

1 début entre 16 et 26 ans
2 homme>femme
3 enthèse, siège électif de l'inflammation
4 formation d'os ectopique au siège de l'inflammation
5 polynucléaires neutrophiles dominant dans les sites inflammatoires
6 effet spectaculaire des Anti-inflammatoires non stéroidiens
7 rémissions prolongées possibles
8 le SIDA aggrave ou déclenche
9 souvent familiales liés aux antigènes d'histocompatibilité de classe I
10 plus fréquentes dans certains isolats, elles n'affectent pas la survie
11 rapports étroits avec certains agents infectieux 

C'est ainsi que certaines formes frustres d'entérocolopathies ont été individualisées, que la sulfasalazine s'est révélée particulièrement efficace sur les localisations périphériques de certaines formes évolutives de spondylarthropathies...

- Ainsi regroupées, les spondylarthropathies représentent un nombre de cas égal à celui des polyarthrites rhumatoides.

 

Les affections appartenant aux spondylarthropathies:

Avant tout, il s'agit des spondylarthrites ankylosantes (SA) et desarthrites réactionnelles dont le syndrome de Fisseinger Leroy Reiter(FLR).

La grande majorité des rhumatismes psoriasiques et desarthropathies des entérocolopathies inflammatoires chroniques comme le Crohn et la rectocolite hemorragique en font aussi partie.

+ Enfin, certaines maladies sont qualifiées de frontière: l'on ne sait pas encore si certaines de leurs formes sont effectivement des spondylarthropathies ou seulement des associations fortuites. Il s'agit de:

- la maladie de Whipple
- la maladie de Behçet
- la maladie périodique
- le SAPHO (Synovite Acné Pustulose Hyperostose Ostéite)

 

La démarche DIAGNOSTIC:

Evoquer le DIAGNOSTIC

RECHERCHER SYSTEMATIQUEMENT LES AUTRES ELEMENTS CARACTERISTIQUES DE L'AFFECTION

CARACTERISER LE TYPE DE SPONDYLARTHROPATHIE:

en précisant la présentation rhumatologique axiale et/ou périphérique

en individualisant les signes extra-articulaires spécifiques ou non:

- uvéite non-spécifique. Le problème est de poser le diagnostic à posteriori: oeil rouge et douloureux pendant plus de 48h et/ou ayant motivé une corticothérapie locale.

- atteinte cutanée du psoriasis ou seulement antécédents familial

- atteinte occulo-uréthrale du FLR. Elle n'est à retenir que si survenue dans le mois précédent. L'examen des muqueuses est indispensable, pouvant retrouver des lésions indolentes.

- atteinte digestive des entérocolopathies inflammatoires chroniques.Facile mais rare chez le patient connu et éventuellement traité, la notion à l'interrogatoire de troubles digestifs évocateurs (1/3) pose le problème d'une exploration complémentaire destinée à confirmer ou infirmer l'atteinte du tube digestif...

DIAGNOSTIC :étiologique

Il faut reprendre chaque pathologie et exposer les points qui la distinguent des autres spondylarthropathies.






10/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres