KINESITHERAPIE

EXAMEN DE LA MAIN ET DU POIGNET

EXAMEN DE LA MAIN ET DU POIGNET

 

 

La main est un organe noble qui assure une liaison privilégiée entre l'individu et le milieu extérieur. Son atteinte entraîne un préjudice fonctionnel toujours mal ressenti par les malades. Elle comprend les articulations métacarpo-phalangiennes, interphalangiennes proximales, et interphalangiennes distales.

Le poignet quant à lui doit permettre à la main sa fonction essentielle qui est la préhension. Pour cela il possède une grande amplitude articulaire sauf en inclinaison radiale, tout en étant doté d'une grande stabilité. Il comprend trois articulations mettant en jeu 8 os disposés en deux rangées : une rangée supérieure (os scaphoïde, semi-lunaire, pyramidal, pisiforme), et une rangée inférieure (os trapèze, trapèzoïde, grand os et os crochu)

 

 

EXAMEN CLINIQUE

  1. Interrogatoire :

Il s'agit principalement d'analyser les signes fonctionnels en précisant leur caractère poly-articulaire ou non, bilatéral ou non :

    • Douleur : préciser le siège (metacarpo-phalangiennes, inter-phalangiennes proximales ou distales) ainsi que le caractère mécanique ou inflammatoire
    • Raideur : elle prédomine le matin. Il faut en préciser la durée qui sera courte dans la pathologie arthrosique et plus longue dans les polyarthrites.
    • Impotence fonctionnelle : reste souvent modérée malgré d'importantes déformations. Elle touche principalement les mouvements de pince et de préhension.
    • Dysesthésie : souvent à type de fourmillements, traduisant en général un syndrome canalaire du nerf médian ou du nerf cubital.

 

L'interrogatoire permettra par ailleurs de préciser le mécanisme du traumatisme. Il s'agit beaucoup plus souvent d'une hyper extension que d'une hyperflexion. Une torsion brutale du poignet peut également être rapportée, de même qu'un passage rapide d'une position extrême d'inclinaison cubitale vers une position forcée d'inclinaison radiale.

  1. Examen physique :

              Inspection : 

·         Recherche une tuméfaction, un œdème diffus ou localisé

·         Des déformations intéressant le poignet, les doigts, ainsi que des attitudes vicieuses des doigts, et des déviations axiales

·         Une modification de la coloration, une amyotrophie, des anomalies unguéales, des rétractions tendineuses.

              Palpation :

·         On palpe les tuméfactions : molles et sensibles, elles témoignent d'une arthrite ; dures et indolores, elles rendent compte d'une pathologie arthrosique. 

Au poignet on apprécie une mobilité anormale de la radio-cubitale inférieure : la tête cubitale s'enfonce comme une touche de piano sous la pression du doigt de l'examinateur (peut être physiologique chez la jeune femme).

 

              Etude de la mobilité : 

Ø      Active et passive :

·         Flexion/extension du poignet : 80°/90° (fig.1)

·         Abduction/adduction du poignet : 25°/40° (fig.2)

·         Flexion/extension métacarpo-phalangienne (MCP) : 0°/40° au niveau du pouce, et 30°/0°/90° au niveau des autres doigts.

·         Ecartement des MP : 20°, mais uniquement en position d'extension.

·         Flexion/extension des inter-phalangiennes proximales (IPP) : 0°/90° pour le pouce, pouvant aller jusqu'à 20° d'extension, et 10°/110° au niveau des autres doigts.

·         Flexion/extension des inter-phalangiennes distales (IPD) : 0°/80°

En outre, il est important de procéder à l'évaluation fonctionnelle de la main, notamment à travers la formation du poing, la prise de clef, et surtout le test de Kapandji qui permet une cotation de cette fonction sur une échelle allant de 1 à 10, selon la possibilité de contact entre :

 

1 : la pulpe du pouce et la tête du 1er métacarpien du IIème doigt

2 : la pulpe du pouce et la première phalange du IIème doigt

3 : la pulpe du pouce et la deuxième phalange du IIème doigt

4 : la pulpe du pouce et celle du IIème doigt

5 : la pulpe du pouce et celle du IIIème doigt

: la pulpe du pouce et celle du IVème doigt

: la pulpe du pouce et celle du Vème doigt

8 : la pulpe du pouce et l'IPD du Vème doigt

9 : la pulpe du pouce et l'IPP du Vème doigt

10 : la pulpe du pouce et la MCP du Vème doigt

 

Ø      Contrariée :

Elle permet l'évaluation tendino-musculaire en mettant sous-tension  le tendon du muscle correspondant au mouvement qui sera effectué contre une résistance. 

 

-Pour le poignet, on teste, en s'opposant à leur mouvement :

·         Les fléchisseurs : cubital antérieur, grand palmaire, petit palmaire.

·         Les extenseurs : cubital postérieur, muscles radiaux.

·         Les abducteurs : radiaux et grand palmaire.

·         Les adducteurs : cubital antérieur et  cubital postérieur.

Il existe par ailleurs plusieurs tests permettant la mise en évidence de ténosynovites ou de laxités.

 

-Concernant la main, il s'agit d'évaluer :

·         Les fléchisseurs des doigts longs : lombricaux et interosseux lors de la flexion des MCP, fléchisseurs communs superficiels lors de la flexion des IPP, fléchisseurs communs profonds lors de la flexion des IPD.

·         Les fléchisseurs du pouce : muscle court fléchisseur lors de la flexion de l'articulation MCP, et long fléchisseur lors de la flexion de l'inter-phalangienne.

·         Les extenseurs des doigts longs : extenseur commun des doigts, extenseur propre de l'index, et extenseur propre du Vème lors de l'extension des MCP. Concernant l'extension des IPP et IPD, il s'agit des muscles lombricaux.

·         Les extenseurs du pouce : court extenseur lors de l'extension de la MCP, long extenseur lors de l'extension de l'IP.

·         Les abducteurs des doigts longs : interosseux dorsaux et abducteur du Vème testés par l'écartement des doigts.

·         Les abducteurs du pouce : long et court abducteur, testés lors de l'abduction du pouce.

·         Les adducteurs des doigts longs : interosseux palmaires, testés par le rapprochement des doigts.

·         L'adducteur du pouce : muscle adducteur du pouce.

Il est possible de procéder, en plus de cette évaluation musculo-tendineuse, à une évaluation des laxités sagittales ou frontales par divers tests.

 

 

 

 

 



19/04/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres