KINESITHERAPIE

ROLE DU KINESITHERAPEUTE DANS LA PRATIQUE SPORTIVE

ROLE
DU KINESITHERAPEUTE DANS LA PRATIQUE SPORTIVE

PREPARATION

ENTRETIEN

RECUPERATION

REEDUCATION

Kinésithérapie et sport

Equipe thérapeutique

Equipe sportive

Kinésithérapeute

Connaissance

Pratique

PREPARATION DIFFERENTE

Kinésithérapie d’entraînement et
de préparation sportive

Qualités du kinésithérapeute

Disponibilité,

Bonne connaissance du geste (relatif),

Les conditions d’entraînement,

Les habitudes des sportifs.

Rôle: période de:

Récupération,

Pathologie,

Réhabilitation.

KINE EMBARQUE

Pratiques différentes et traitement kinésithérapique différent

KINE
HOMME OU ANIMAL

FAUT- IL SE MOUILLER ?

Rôle de la kinésithérapie

Préparation du sportif

Précompétition,

Postcompétition et récupération,

Traitement des petites pathologies

Kinésithérapie et Réhabilitation

Examen général

Médical

ORL,

Digestives,

Dermatologiques,

Gynécologiques.

Kinésithérapique

Bilan kinésithérapique

Carences musculaires

Déséquilibre musculaire,

Travail trop spécifique,

Mauvaise technique.

Insuffisances secondaires

Rétractions musculaires

Examen général

Bilan kinésithérapique

Diététique

Enquête hygiéno-diététique,

Entraînement

Blocage,

Surcompensation,

Surmenage.

Modifications techniques

Fautes techniques: tendinopathies

Matériel.

Kinésithérapie et Echauffement

MASSAGE

Tonique

Avec ou sans pommade

Pour les sujets demandeurs (soigneurs)

Associés aux étirements

Les Etirements

Notion d’étirements

Passifs,

Streching

Bilan initial,

Streching pré-compétition

Streching post-compétition

Avantages

Désavantages

TECHNIQUES D'ETIREMENT MUSCULAIRE
quelles techniques pour quels résultats ?

Introduction

Historique

TECHNIQUES D'ETIREMENT MUSCULAIRE
Quelles techniques pour quels résultats ?

Bases physiologiques et pathogéniques :

Notion de CES/CEP et étirement

Notion de raideur utile

Protection tendineuse : tenso-récepteurs

Temps et vitesse de traction

De l'étirement à la contraction

TECHNIQUES D'ETIREMENT MUSCULAIRE
quelles techniques pour quels résultats ?

Techniques d'étirement :

Étirement statique : avec ou sans contraction, seul ou avec un partenaire

Étirement balistique : étirement à ressort avec installation du réflexe myotatique

TECHNIQUES D'ETIREMENT MUSCULAIRE
quelles techniques pour quels résultats ?

Méthodes d'étude des étirements :

Pas de consensus

TECHNIQUES D'ETIREMENT MUSCULAIRE
quelles techniques pour quels résultats ?

Évaluation des étirements :

Flexibilité :

Diminution de la tension passive de 18 à 36% (Toft et coll.)

Pas de corrélation flexibilité/tension passive (Toft et coll.)

Gains de flexibilité = propriétés viscoélastiques (Taylor et coll.)

Dénervation n'affecte pas le comportement du muscle étiré (Taylor et coll.)

Nombre et durée d'étirement

TECHNIQUES D'ETIREMENT MUSCULAIRE
quelles techniques pour quels résultats ?

Étude comparative des techniques d'étirement

Travaux de Webright et Wiemann/Hahn :

Les étirements à court terme n'ont pas d'action sur la tension passive de repos du muscle

Gain en flexibilité = augmentation tolérance sujet à l'étirement

TECHNIQUES D'ETIREMENT MUSCULAIRE
quelles techniques pour quels résultats ?

Applications des étirements en thérapeutique

Introduction

Quand s'étirer ?

Quels sont les muscles à étirer ?

Comment s'étirer ?

Pourquoi s'étirer ?

Contre-indications des étirements

TECHNIQUES D'ETIREMENT MUSCULAIRE
Biomécanique et mécanique du solide

Conséquences pratiques :

Étirement augmente les contraintes tissulaires si utilisation +++ viscosité

Technologies spécifiques

Chaînes musculaires

ETIREMENT PLAN POST

ETIREMENT PLAN ADD

ETIREMENT PELVI

ETIREMENT PLAN ANTERIEUR

RECUPERATION

APPORT HYDRIQUE

Rôle du médecin,

Surveillance du M-K.

RECUPERATION ACTIVE

TRAVAIL à 50% de l’effort,

Hydrothérapie

Douches ou bains chauds,

Drainage lymphatique

Elimination des toxines

Manuel ou instrumental

Massage et Relaxation

Etirements musculaires

Effets de glissement des structures les unes sur les autres,

Récupération après des microtraumatismes,

Physiothérapie

Basse et moyenne fréquences,

Ionophorèse,

Ultra-sons

Thérapie combinée

TRAUMATISMES

THERAPEUTIQUE

DOULEUR MUSCULAIRE,

DOULEUR LIGAMENTAIRE,

TENDINOPATHIES,

PATHOLOGIES OSSEUSES,

DECOLLEMENTS EPIPHYSAIRES,

ARRACHEMENTS EPIPHYSAIRES

THERAPEUTIQUE

SPONDYLOLYSE

OSTEOCHONDROSE VERTEBRALE

ROLE DU KINESITHERAPEUTE

MISE EN ALERTE,

PREVENTION DES RECIDIVES,

REHABILITATION

RENFORCEMENT MUSCULAIRE

PLACE DU KINESITHERAPEUTE

RENFORCEMENT MUSCULAIRE

NOTIONS DE :

CONDITION PHYSIQUE

PREPARATION PHYSIQUE GENERALE

FORME SPORTIVE

RENVOIE A LA PERFORMANCE SPORTIVE

 

RENFORCEMENT MUSCULAIRE

Condition physique:

Comprend la notion de travail en endurance

La pratique sportive nécessite:

Force,

Vitesse.

Préparation sportive :

condition physique + entraînement à l ‘intensité du jeu

RENFORCEMENT MUSCULAIRE

Préparation sportive

Sur le court terme,

En début de saison sportive,

PPG et PPS (générale et spécifique)

Préparation physique en période de compétition

Entretenir PPG et PPS

Préparation physique sur le long terme

Réalisé en centre espoir, élites nationaux

RENFORCEMENT MUSCULAIRE

Long terme

=

Processus de transformation

RENFORCEMENT MUSCULAIRE

Produit / Processus

Spécifique / non spécifique

Rapports efforts/ pauses différents

Rapport volume / intensité

Prise en compte de la diététique ou non

Streching comme moyen de récupération

Objectif à court terme

Montée progressive en intensité

Fractionnements très courts

Utiliser des formes jouées ou techniques

Reproduire une structure effort proche de la compétition

Objectif à long terme

Rechercher la qualité d’exécution

Priorité au travail extensif

Intensité moyenne avec des temps de pauses voisins de la durée des efforts,

Sur le travail intensif

Efforts plus violents et plus brefs avec des temps de pauses plus longues

Force générale et spécifique

Force isométrique

Force dynamique concentrique

Force dynamique excentrique

Pliométrie

Les différentes filières énergétiques

Travail d’endurance : aérobique,

Travail de résistance: anaérobique lactique,

Travail de vitesse: anaérobique alactique

Aspects nouveaux de la préparation physique : le basket

Quelles sont les qualités nécessaires ?

Endurance

Efforts explosifs

Ce ne sont pas les mêmes fibres qui sont

sollicitées

Contradiction entre:

le travail effectué et la réalité de la pratique

Analyse de l’activité

BASKET-BALL.

Jeu : 40mn jeu effectif 20 minutes

Analyse de l’activité

FOOTBALL: 90 mn jeu: 60mn

Le joueur suivi a réalisé:

3 km de marche

7 km de course dont

Analyse de l’activité

Paramètre qualité

La préparation physique doit coller au sport pratiqué,

Dans le basket, il faut:

Sauter plus haut

Démarrer plus vite

Préparation sportive en fonction de l’âge

proprioceptif

Gainage musculaire

LE RENFORCEMENT MUSCULAIRE CHEZ LE SPORTIF

BASES PHYSIOLOGIQUES

DU

RENFORCEMENT MUSCULAIRE

QUALITES PHYSIQUES
GUNDLACH

MUSCLE.
ELEMENT CENTRAL

MUSCLE.
AXE DE TEMPS

RAPPORT
ENERGIE / STRUCTURE

RELATIONS ENTRE LE MUSCLE ET L ’ENERGIE

 

SOURCE D ’ÉNERGIE DÉPEND DU TEMPS D ’EFFORT

MUSCLE.
AXE DE L’AMPLITUDE

AMPLITUDE

FORCE MUSCULAIRE DÉPEND DE SON ALLONGEMENT

MUSCLE.
NIVEAUX D’ANALYSE

NIVEAUX D ’ANALYSE

SARCOMÈRE

ACTINE - MYOSINE

FIBRES MUSCULAIRES

MUSCLE

AGONISTE/ANTAGONISTE

CHAÎNES MUSCULAIRES

MECANISMES DE LA FORCE

MECANISMES DE LA FORCE

MECANISMES DE LA FORCE

MECANISMES DE LA FORCE

STRUCTURAUX ETIREMENTS

HYPERTROPHIE -R.MYOTATIQUE

FIBRES II -ELASTICITE

SARCOMERES

NERVEUX

RECRUTEMENT

SYNCHRONISATION

COORDINATION INTERNE

HYPERTROPHIE

AUGMENTATION DES MYOFIBRILLES

DEVELOPPEMENT DES ENVELOPPES

AUGMENTATION DE LA VACULARISATION

AUGMENTATION DU NOMBRE DE FIBRES

PHENOMENES NERVEUX

RECRUTEMENT DES FIBRES

EN PRATIQUE : AUGMENTATION DU NOMBRE DE FIBRES

SYNCHRONISATION DES U.M

W AVEC DES CHARGES LOURDES

COORDINATION INTERMUSCULAIRE

ENTRAINEMENT COMBINE AVEC EXERCICES SPECIFIQUES DU SPORT

IMPORTANCE DE L’ETIREMENT

REFLEXE MYOTATIQUE

EN PRATIQUE: PLIOMETRIE

ELASTICITE MUSCULAIRE

TRAVAIL DE L’ELASTICITE SERIE

DIFFERENTES TECHNIQUES
DE
RENFORCEMENT

TECHNIQUE CONCENTRIQUE

TECHNIQUE ISOMETRIQUE

TECHNIQUE EXCENTRIQUE

PLIOMETRIE

ELECTROSTIMULATION

ISOMETRIQUE

AVANTAGES

FACILE

W LES POSITIONS DIFFICILES

PEU ACTION MASSE MUSCULAIRE

PAS ACTION SUR VASCULARISATION

10% TENSION/ CONCENTRIQUE

ACTION MAXIMALE

EXCENTRIQUE

AVANTAGES

TENSION SUPERIEURE DE 30% à L’ISOMETRIE

SOLLICITATION DIFFERENTE DES FIBRES

TRES EFFICACE QUAND COUPLEE AVEC LE CONCENTRIQUE

INTERESSANTE POUR LA PLANIFICATION

Tendinopathies

Classification

Traitement

Classification de Bazina

Stade 1 douleur survenant après effort sans retentissement sur la pratique sportive

Stade 2 douleur en début d ’activité disparaissant après l ’échauffement et réapparaissant après les activités

Stade 3 douleur pendant et après l ’activité sportive entraînant une diminution des performances

Stade 4 rupture tendineuse avec impotence majeure

Cette classification ne tient pas compte de l ’histologie

Stade 1 et 2 de bon pronostic, stade 3 moins bon

Stade 4 = chirurgie

Physiopathologie

Hypersollicitation de la jonction myotendineuse

Pathologie microtraumatique de surcharge

Similitude entre le DOMS et la tendinite stade 1

Douleur musculaire d ’apparition retardée

Mécanique et métabolique

Lésion niveau jonction myo-tendineuse

Puis tissu musculaire de soutien

Différence entre travail concentrique excentrique

Concentrique: force réalisée par le tissu contractile avec transmission du conjonctif

Excentrique: contraction met en tension le conjonctif et mise en tension du conjonctif de soutien

-----> mise en étirement du muscle avec hypoxie

Travail musculaire excentrique

Préconisée par Stanish

Protocole

3 séries de 10

Débute quand étirement est indolore

douleur normale à 3 répétitions

Cryothérapie

Courbes
concentrique et excentrique

 

 

 

PLIOMETRIE (temps 1)
 

PLIOMETRIE (temps 2)

PLIOMETRIE (temps 3)

TENDINOPATHIES ET PHYSIOTHERAPIE

LA TENDINOPATHIE EST LE RESULTAT

D‘ UNE DISPROPORTION ENTRE:

LES BIOCONTRAINTES IMPOSEES AU TENDON

LA RESISTANCE DES FIBRES TENDINEUSES

TRAITEMENT

- ETHIOPATHOGENIQUE

REMEDIER AUX FACTEURS ENDOGENES ET EXOGENES RESPONSABLES DE LA PATHOLOGIE

- SYMPTOMATIQUE

ASSOCIATION DE THERAPEUTIQUES

ELECTROTHERAPIE

ULTRA-SONS

CRYOTHERAPIE

LES DIFFERENTES PATHOLOGIES TENDINEUSES

LE CORPS DU TENDON

TENDINOSES OU TENDINITES

LA JONCTION MYO-TENDINEUSE

TENOMYOSITES

LA JONCTION OS -TENDON

TENOPERIOSTITES OU ENTHESITES

PATHOLOGIES DES ANNEXES

TENOBURSITE OU TENOSYNOVITE

PATHOGENIE DES TENDINOPATHIES

DEGENERESCENCE TENDINEUSE

LESIONS MICROTRAUMATIQUES

DOULEURS

SIGNES INFLAMMATOIRES (PAR LA SUITE)

TUMEFACTION

CHALEUR

EVOLUTION

1- PHASE DOULEUR AIGUE 0 - 5 J

PHASE PUREMENT INFLAMMATOIRE

2 - PHASE 6 - 21 J

DOULEUR MODEREE

PHASE DE FIBROPLASTIE

3 - PHASE DE REMODELAGE 21 AU 45 J

CLINIQUE

CLASSEMENT EN FONCTION DES CAUSES

TRAITEMENT M-K + PHYSIO

TROUBLES STATIQUES BIOMECANIQUE TENDON

TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

 

 

 

ATTEINTES DU MEMBRE SUPERIEUR

ATTEINTES DU MEMBRE INFERIEUR

TRAITEMENT

ETIOPATHOGENIQUE

REGLER LES PROBLEMES EXOGENES ET ENDOGENES

TRAITEMENT SYMPTOMATIQUE

IMMOBILISATION DU TENDON

CRYOTHERAPIE

ELECTROTHERAPIE ANTALGIQUE

ELECTROTHERAPIE ANTIINFLAMMATOIRE

ULTRA-SONS

ASSOCIATION DE TRAITEMENTS

BASSE FREQUENCE ANTALGIQUE

TRES BASSE FREQUENCE ANTALGIQUE

DIELECTROLYSE

EXCITO-MOTEURS

EXEMPLE DE TRAITEMENT

TENOSYNOVITE DES PERONIERS

ASSOCIATION

COURANTS TYPE PRIORISATION VOIE RAPIDE

CONTENTION ADHESIVE

DANS LE CADRE D'UNE EPICONDYLALGIE

ASSOCIATION

ULTRA-SONOTHERAPIE

CRYOTHERAPIE

MTP

TENOMYOSITE D'ACHILLE

Tendinopathies d'Achille

selon le niveau d'atteinte

partie supérieure: ténomyosite

partie moyenne: téndynose et ténosynovite

partie inférieure: ténobursite et ténopériostite

Caractéristiques du Tendon

Tendon mal irrigué à la partie moyenne

reçoit une double innervation

nerf Tibial postérieur

nerf Sciatique Poplité interne

Constitué de 2 Feuillets

séparés par un liquide

de type synovial

TRAITEMENT

COURANTS UNIDIRECTIONNELS

COURANT GALVANIQUE

ACTION ANTALGIQUE ET ANTIINFLAMMATOIRE

COURANT CONSTANT

PLACEMENT DES ELECTRODES DE PART ET D'AUTRE DU TENDON

DUREE 20 à 30 MINUTES

ASSOCIATION POSSIBLE AVEC DES IONS MEDICAMENTEUX

COURANTS UNIDIRECTIONNELS

COURANTS DE TRAEBERT OU BERNARD

PRIORISATION DE LA VOIE RAPIDE

UTILISATION DE COURANTS DE BASSE FREQUENCE TYPE TENS

CHOIX CORRECTE DES PARAMETRES

LOCALISATION CORRECTE DES PARAMETRES

STIMULATION DES SITES A ENKEPHALINE

UTILISATION DE COURANTS DE TRES BASSE FREQUENCE

PLACEMENT DES ELECTRODES EN PARA-VERTEBRAL

DUREE 30 MINUTES

LES ULTRA-SONS

DURANT LA PHASE INFLAMMATOIRE

EN CONTINU AU NIVEAU DE LA JONCTION MYO-TENDINEUSE

DANS L'EAU

DURANT LA PHASE DE RESTRUCTURATION

EN PULSE SUR LE TENDON

ASSOCIATION POSSIBLE US / ELECTRO

 



07/04/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres